Ouvrir une coiffure après le confinement, une bonne ou une mauvaise idée ?

Ouvrir une coiffure après le confinement, une bonne ou une mauvaise idée ?

16 juin 2020 0 Par Jean

Le déconfinement suit son cours en Belgique comme partout ailleurs dans le monde. Et cela implique de nouveaux défis pour les professionnels et les investisseurs. C’est le moment idéal pour se lancer dans de nouveaux projets de placement. Une idée comme ça : pourquoi ne pas ouvrir un salon de coiffure ?

 

Une demande grandissante après le confinement

Selon les sondages, la prestation des coiffeurs et des centres de beauté est très demandée après ses quelques semaines de confinement. Et si auparavant les enseignes qui étaient déjà disponibles arrivaient à suivre les commandes, ce n’est plus le cas de nos jours avec celles qui ont dû fermer leur porte, les mesures sanitaires à prendre et les demandes qui arrivent en même temps. C’est donc le bon moment pour vous lancer dans ce genre de projet d’investissement.

Néanmoins, il ne faut pas vous attendre à ce que tout soit facile. En effet, vous pourriez constater qu’en moyenne il faudra quelques mois avant d’attirer une véritable clientèle à votre salon de coiffure. Tout dépend aussi de votre approche marketing.

 

Les essentiels à savoir pour ouvrir un salon de coiffure

Envie de vous lancer dans l’ouverture d’un salon de coiffure ? Sachez que vous devez en amont investir dans des matériels professionnels : brushing, fer à lisser, fer à boucler, produits de soin, et autres accessoires.

Il faudra aussi se lancer dans l’aménagement de votre espace de travail. Outre les classiques tables de coiffure, chaises et miroirs, un verre en Plexiglas sur la caisse et les espaces de soins,manucure et pédicures  sont de mise afin de vous protéger ainsi que vos clients du coronavirus.

Pour faciliter justement la mise sur le marché de votre nouveau salon de coiffure, on peut vous conseiller de racheter les enseignes qui ont dû fermer à cause de cette pandémie. Ce sera plus facile ainsi de séduire des clients. Attention toutefois à bien choisir l’entreprise à racheter. Sa réputation avant le confinement, la qualité de ses services, sa compétitivité sur le marché comptent davantage que son prix modique.

 

Les obstacles auxquels vous devez faire face

Après le confinement, énormément de commerce ferme leurs portes, ne supportant pas la pression. Parmi eux justement, beaucoup de coiffure et d’enseigne de centre de beauté sont mises en vente pour une bouchère de pain. Pour en savoir davantage, faites confiance à un expert-comptable Forest en Belgique. Mais attention, il reste le problème du financement. Car, quand bien même ces commerces sont modiques, on parle tout de même d’un investissement de plusieurs centaines d’euros. Les banques peuvent vous proposer des crédits professionnels à moindre cout pour la réalisation de votre projet, à condition d’avoir un bon profil.

En outre, ne vous étonnez pas d’avoir le même chiffre d’affaires que vous avez estimé avant la pandémie. Avec les gestes barrières et les mesures sanitaires en tout genre, vous ne devez pas vous attendre à ce que votre coiffure tourne à plein régime pour le moment. Ce qui peut augmenter votre risque de surendettement.